Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
18 décembre 2010 6 18 /12 /décembre /2010 18:41

Casserole : arme utilisée dans les temps anciens contre les sergents qui enrôlaient de force les jeunes hommes, d'où son nom de "casse-rôle" (le rôle étant le rouleau où étaient inscrits les noms des futurs soldats).
Plus tard, on découvrit que cet objet pouvait également servir à faire cuire des aliments.

Repost 0
Published by LillaMy - dans Mot du jour
commenter cet article
15 décembre 2010 3 15 /12 /décembre /2010 22:16

Et voici les résultats du concours de la Pause Géographique IX !

 

Les dix noms étaient à trouver parmi ceux-ci :


INCA, VOLGA, GALILEE, FINLANDE, AUBE, BERCY, SYRIE, PARIS, ORAN, ANGERS, METZ

 

Pour ceux qui ne sont pas d'accord, Inca était un peu mon joker, mais ce n'est pas seulement le nom d'un peuple, c'est aussi une ville d'Espagne (comme Demiandre a su le trouver).

 

Mais les 6 courageux participants ont su trouver pas moins de 23 noms de lieux !

Les classiques : Galilée, Lille, Finlande, Bercy, Syrie, Paris, Oran, Orange, Angers, Metz, Landes, Andes, Inca,  volga

Mais aussi : Bougie, Antin, Auber, Ouj, Niort, île, Messois, Souari, Tincave

 

Merci donc à Melle Mars, Demiandre, Owyn, Laudine et Martine d'avoir participé !

 

Et bravo à Brestos qui gagne un cadeau (que vous découvrirez bientôt sur Bizarreland), pour avoir trouvé 9 des 10 noms en un temps record ! Bravo également pour avoir été le seul à trouver Volga.

 

PS : L'heureux gagnant est prié de me contacter pour obtenir son cadeau.

PPS : Je trouve que je fais trop bien l'animatrice de jeux non-télévisés, pas vous ?

Repost 0
13 décembre 2010 1 13 /12 /décembre /2010 17:06

Roman de Carl Hiaasen.

 

http://www.mollat.com/cache/Couvertures/9782070576128.jpgL'histoire

La "Reine de Corail", le bateau-casino de Dusty Muleman, déverse ses eaux usées dans la baie. Paine Underwood est bien décidé à le faire cesser et sabote donc le navire. Envoyé en prison, personne ne croit à ses allégations et les autorités ferment les yeux. Ses enfants, Noah et Abbey, mettent en place un plan pour coincer Dusty Muleman...

 

 

Résolument écologique sans être moralisateur, Comme un poison dans l'eau nous entraîne avec humour dans une chasse aux pollueurs qui ne manque pas de punch. Des personnages sympathique et un style vif en font une lecture divertissante.

 

Comme un poison dans l'eau, C. Hiaasen, Gallimard Jeunesse, 2007

Repost 0
Published by LillaMy - dans Livres
commenter cet article
10 décembre 2010 5 10 /12 /décembre /2010 22:10

Vous l'attendiez impatiemment ? Voici donc la neuvième pause géographique.

Mais attention, celle-ci est spéciale ! Elle vous permettra peut-être de gagner un petit cadeau !

 

Pour cela, les règles sont les mêmes que d'habitude : trouver les 10 noms de lieux cachés dans le petit texte qui suit.

Une syllabe peut servir à plusieurs mots.

Un mot peut être sur deux lignes.

Le premier qui trouvera ces dix noms recevra un cadeau !

 

 

Voyant un caveau le gars lit l'épitaphe :
"Un landau berce, ici rien ne bouge"
Il part, ignorant gemmes et soieries.

 

 

Le concours est terminé !

 

Bonne chance !

Repost 0
8 décembre 2010 3 08 /12 /décembre /2010 19:26

En majeure partie, les visiteurs de Bizarreland y viennent directement ou depuis un moteur de recherche. Dans une moindre mesure, ils viennent d'autres sites et de la plate-forme d'over-blog.

 

La plupart de ceux qui arrivent par un moteur de recherche ont recherché un titre de livre, et même parfois des résumés ou des analyses (paresse scolaire ?). On trouve également pas mal de requêtes sur la localisation de la baie de Knert-Mathilde de Cascades et gaufres à gogo. Je ne saurais malheureusement éclairer la lanterne de mes chers visiteurs puisque je n'en sais rien à part que cela se situe "quelque part dans le Vestlandet", donc sur la côte ouest.

 

A côté des livres reviennent assez régulièrement des questions concernant le tricot, auxquelles je ne pense pas non plus que mes lecteurs trouvent la réponse. Je ne saurais que conseiller de visiter le blog de KnitSpirit pour toutes questions techniques. Elle fait de très bonnes vidéos d'explications (en plus d'organiser des événements-tricots très sympas).

 

Mais en ces temps de Noël reviennent également des requêtes sur les maisons en pain d'épices ou pepperkakehus. Là aussi, mes visiteurs doivent être bien déçus puisque je n'apporte pas d'aide à la fabrication (à part le lien vers un "cahier des charges" en norvégien !).

 

Puis viennent quelques requêtes concernant des mots comme, récemment, "soulier" ou "édredon". J'espère que ces éthymologues ne me prennent pas trop au sérieux...

 

Enfin, des mots-clefs étranges ou innattendus apparaissent, tels que "cornouille", "pichleu" ou "écharpe pour girafe"...

Repost 0
Published by LillaMy - dans Variés
commenter cet article
5 décembre 2010 7 05 /12 /décembre /2010 14:27

Roman de Pierre Bordage

 

http://www.decitre.fr/gi/98/9782081211698FS.gifL'histoire

Et si la Troisième République n'avait jamais vu le jour ? Et si, à sa place, avait eu lieu la Deuxième Restauration ? Et si Jules Ferry avait été fusillé ? Nous sommes en 2008, en France. La classe dirigeante, le roi Jean IV à sa tête, est composée de nobles, de grands bourgeois et de membres du clergé. Ils limitent consciensieusement l'accès à la connaissance du peuple qui travaille pour eux.

Jean, un cou noir, comme sont appelés les gens du peuple, assiste à l'école clandestine, ce qui va le conduire lui-même dans la clandestinité. Dans ses périples entre armée, terroristes et mafia, il rencontre Clara. Elle-même fille du grand argentier confrontée au monde extérieur, elle tombe en disgrâce et rejoint les rangs des cous noirs.

 

Cette uchronie est particulièrement bien menée. On se croit au XIXème siècle, mais l'auteur vient nous rappeler sans cesse qu'on est bien au XXIème avec des avions, voitures, réseau informatique et autres inventions bien sûr réservées à la classe dirigeante. Cela doublé d'un récit d'aventures qui ne laissent pas place à l'ennui en fait un bon roman et d'une certaine manière très actuel dans sa réflexion sur l'éducation.

 

Ceux qui sauront, P.Bordage, Flammarion (Ukronie), 2008

Repost 0
Published by LillaMy - dans Livres
commenter cet article
3 décembre 2010 5 03 /12 /décembre /2010 19:51

Energumène : personne qui dépense beaucoup d'énergie à essayer d'être originale.

Repost 0
Published by LillaMy - dans Mot du jour
commenter cet article
30 novembre 2010 2 30 /11 /novembre /2010 20:17

Après un dur et long combat (depuis la veille, rendez vous compte !), j'ai réussi à obtenir deux précieuses places pour la Nuit de la Marionnette, qui se tenait au Théâtre Jean Arp de Clamart.

Le principe est donc de passer une nuit entière à regarder des spectacles. Nous sommes restés du début à 20h jusqu'à la fin à 6h, sans même s'endormir ! Ce qui signifie que nous avons pu voir les dix spectacles.

Les marionnettes se sont révélées être bien plus du théâtre d'objet, mais la plupart des spectacles étaient très sympathiques.

 

Commençons par ceux que j'ai le moins appreciés :

 

Retour à la maison par la Cie Le voyage intérieur.

Sur un champ de bataille, un général et son lieutenant organise le retour au bercail des morts pour la patrie. Ceux-ci sont figurés par des légumes. Ce n'est pas très intéressant, trop long et répétitif (surtout à 2h du matin), ça se veut drôle mais ne l'est pas. Les deux comédiens en font beaucoup trop.

 

Orphée par La S.O.U.P.E Compagnie.

C'est l'histoire d'Orphée et Eurydice, version contemporéano-expérimentale. Comprenez : avec des images floues accompagnées de musique bizarre. Ce que j'ai préféré est l'idée de filmer la marionnette, ce qui lui donnait une toute autre dimension. Le gros problème de ce spectacle est que j'étais assise par terre en face des baffles, ce qui fait que je me prenais tout le son trop fort et surtout les basses. J'en ai tremblé pendant 10 mn après être sortie.

 

Voilà pour les points négatifs. Ensuite, si on reprend l'ordre de la soirée :

 

Le T de N-1 par les Ateliers du Spectacle

On assiste à une drôle de conférence au milieu de toutes sortes d'objets animés. Et on découvre la réponse à des questions essentielles : qu'est-ce qu'une chose ? Si on mettait les pieds dans l'espace qu'on a dans la tête, qu'est-ce qu'on verrait ? Le côté absurde est très plaisant, on rit pas mal et on est sans cesse à l'affut de tous ces objets qui se mettent à bouger sans crier gare !

 

Histoires sans paroles par la compagnie L'Alinéa

Mon coup de coeur de la nuit ! Nous avons vu 3 "histoires sans paroles". Les deux premières mettent en scène des personnages dans des situations un peu guignolesques (on se court après, on se met des coups de bâtons...) mais qui tournent sans prévenir à la poésie. Le tout avec des marionnettes à gaine très simples, sans visage et qui pourtant expriment une gamme époustouflante de sentiments et d'émotions. Le marionnettiste est un véritable maître en la matière et le musicien qui l'accompagne (et qui improvise beaucoup, à mon avis) est à la hauteur.

La troisième histoire sans parole est plus engagée et met en scène des petits personnages en éponge manipulés d'en haut par le marionnettiste/acteur.

 

Les spectacles de la Compagnie Gare Centrale

Power of Love : un prince carotte et sa dulcinée... Rigolo mais s'enchaînait très mal avec les histoires sans paroles.

Rubbish : une mariée jetée à la poubelle, qu'a-t-il bien pu se passer ? Marionnette et théâtre d'objet où les manipulatrices sont partie prenante de l'histoire.

Irregular : A la douane, un lapin en peluche est déclaré irrégulier et mis en boîte pour être reconduit au pays. Une petite histoire à la fois drôle et tristement d'actualité.

 

Les grands classiques à domicile par le Laboratoire Itinérant Conte et Objet

Un conteur nous raconte les classiques (en l'occurence Barbe Bleue et Le Petit Poucet) à l'aide d'objets du quotidien. Si j'ai trouvé Barbe Bleue particulièrement réussi, j'ai moins aimé le Petit Poucet, trop raccourci à mon goût.

 

Le polichineur d'écritoire par Chemins de Terre

Sur scène, un homme qui va en jouer quatre ou cinq durant le spectacle. Cet homme est là pour nous raconter les pièces de Shakespeare. Roméo et Juliette sont des gants, la famille royale de Richard III un morceau de viande. C'est loufoque, c'est stupide, et on rit comme des baleines !

Repost 0
Published by LillaMy - dans Variés
commenter cet article
28 novembre 2010 7 28 /11 /novembre /2010 15:41

Roman de Waldtraut Lewin.

 

http://www.histoiredenlire.com/20e-siecle/seconde-guerre-mondiale/adieu-berlin.jpgL'histoire

Rita est une jeune fille allemande en 1940, fille d'un banquier allemand et d'une Juive. Elle se croit protégée par la position de son père jusqu'à ce que sa belle-mère Sidonie, juive elle aussi, se fasse arrêter. Elle décide alors de fuir et de rejoindre Marrakech (ce qui était le plan de Sidonie). A Strasbourg, elle rencontre Gabriel un exilé allemand, ancien légionnaire et souffrant de problèmes cardiaques. Entre eux se noue une relation singulière.

 

 

Si l'histoire est bien menée et assez originale, Adieu Berlin souffre de faiblesses stylistiques évidentes qui gâche la lecture. L'alternance des points de vue des deux personnages est intéressante car elle nous permet de suivre l'évolution des sentiments de Gabriel et Rita. Un livre qui se lit donc  bien mais ne me laissera pas un grand souvenir.

 

Une question demeure : qui a traduit ce bouquin ? Aucun nom de traducteur n'apparaît dans le livre, alors même qu'on a droit à un "Ce roman est originellement paru sous le titre Mond über Marrakesch" et à des notes de la traductrice... Après consultation du catalogue de la BNF, aucun traducteur non plus dans la notice (ce qui est assez normal, puisque c'est la page de titre qui sert de référence au catalogage).

Ouf, j'ai finalement trouvé : Florence Quillet. C'est quoi ces éditions qui ne mentionnent pas le traducteur ??

 

Adieu Berlin, W. Lewin, Bayard (Millézime), 2009

Repost 0
Published by LillaMy - dans Livres
commenter cet article
25 novembre 2010 4 25 /11 /novembre /2010 16:23

Voici la petite soeur de la souris rose !

 

Souris-blanche.JPG

 

Celle-ci est destinée à accompagner l'histoire Merci petit Ours racontée par une de mes collègues bibliothécaire.

Repost 0