Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
20 avril 2010 2 20 /04 /avril /2010 12:28

Au milieu de tous les articles fort culturels que je vous impose à tous bouts de champs, je vous propose aujourd'hui une nouvelle rubrique, servant de récréation intellectuelle à vos cerveaux surchauffés.

 

Il s'agit donc de la Pause Géographique et en voici le principe :

Je vous soumets une petite phrase (plus ou moins longue selon l'humeur) et vous devez y retrouver les noms de lieux qui y sont dissimulés (fort habilement, cela va sans dire).

Il y aura parfois des exceptions, le nom de lieu pouvant être nom d'habitants du lieu... ou même autre chose, mais dans ce cas, je vous préviendrai.

 

Mais trêve de blablatage, passons aux choses sérieuses et on commence avec du haut niveau puisque cette phrase est versifiée !

 

Le colon bi r'manie le monde

La braise il éteint, l'argent teinte dans sa main

 

A vous la parole pour me donner, en commentaire, les noms cachés dans cette phrase !

 

NB : Bien sûr, un certain blobant n'a pas le droit de participer !

 

PS : Merci de faire preuve d'un minimum de classe dans vos réponses ! Il n'y a rien à gagner, pas la peine de se précipiter !

Repost 0
18 avril 2010 7 18 /04 /avril /2010 17:40

Biographie de Jean-François Bory.

 

 

 

Cette biographie, publiée à L'école des Loisirs, n'est absolument pas romancée. On rencontre Lawrence quand il arrive en Arabie, on ne sait rien de son enfance ou de sa vie en Angleterre. Puis vient un étalage de faits, catalogue des faits d'armes, des hauts et des bas de Lawrence.

Que dire ? On apprend certes les faits historique, les dates, mais on s'ennuie à mourir ! Que vient faire un tel objet dans une collection jeunesse ?

 

 

Lawrence d'Arabie, J-F. Bory, L'école des loisirs, 1989

Repost 0
Published by LillaMy - dans Livres
commenter cet article
16 avril 2010 5 16 /04 /avril /2010 16:03

Voici des chaussettes faites de fil détricoté. La matière de la laine, qui comprend des petites boules de laine noire, rendait ce fil un peu particulier à tricoter, mais pas difficile.

 

Chaussettes-mman.JPG

Repost 0
13 avril 2010 2 13 /04 /avril /2010 13:05

Roman de Irène Cohen-Janca.

 

http://static.letsbuyit.com/filer/images/fr/products/original/86/93/le-coeur-de-l-autre-8693893.jpegL'histoire

Le père de Héloïse a été greffé d'un nouveau coeur il y a quatre ans de cela (et dans un roman intitulé L'autre coeur). La vie a repris son cours avec une petite soeur infernale et un amoureux, doté du doux nom de Zébulon, pour Héloïse.

Mais qui est la mystérieuse jeune femme qui semble épier la famille ?

 

Un roman touchant sur la mort et la douleur, qui ne tombe pourtant jamais dans le pathétique. Le côté fleur bleue exagéré et même caricaturé, contribue à détendre l'atmosphère. L'héroïne, qui se pose des questions d'éthique (peut-on se réjouir de la mort de quelqu'un ?) traverse, grâce au journal de l'autre, une phase initiatique qui lui permet d'affronter plus courageusement, mais aussi plus humainement, les aléas de la vie.

 

Le coeur de l'autre, I. Cohen-Janca, Rouergue, 2006

Repost 0
Published by LillaMy - dans Livres
commenter cet article
9 avril 2010 5 09 /04 /avril /2010 22:49

Vous vous souvenez de l'homme qui avait essayé d'importer en fraude 2000 litres de bière en Norvège ? Eh bien, un autre a atteint le nombre de 72 000... cigarettes !

 

C'est dire si le trafic doit être fructueux pour risquer une peine assez lourde (je suppose, puisque cela représente pas moins de 267 000 couronnes, c'est-à-dire quelques 33 500 € en taxes)

 

Tatt med 72 000 sigaretter

Repost 0
Published by LillaMy - dans Norvège
commenter cet article
6 avril 2010 2 06 /04 /avril /2010 10:32

Roman d'Isabelle Rossignol.

 

http://www.decitre.fr/gi/20/9782211089920FS.gifL'histoire

Bruno mène une vie bien tranquille entre le lycée et la maison où la routine tourne en rond. Mais des cauchemars viennent perturber cette paix, suivis d'une terrible découverte : les placards, habituellement fournis comme si la guerre nucléaire était pour demain, ces placards sont vides !

Perspicace, Bruno se doute que quelque chose ne tourne pas rond dans la vie de ses parents. Il part alors en chasse au mystère...

 

 

Un énième roman d'ados au secret de famille. Sauf qu'en plus, dans ce cas, le secret est mal caché et pourtant banal. La révélation se fait attendre, pour finalement ne mener à rien puisque Bruno n'aura pas le courage d'affronter son père à propos de ce secret.

De plus, le héros passe son temps à se faire des films compliqués et bien peu crédibles, au point qu'il nous énerve et nous ôte toute compassion à son égard.

En bref, un roman raté (par contre, j'aime bien la couverture).

 

Les placards sont vides, I. Rossignol, L'école des loisirs, 2008

Repost 0
Published by LillaMy - dans Livres
commenter cet article
4 avril 2010 7 04 /04 /avril /2010 22:43

Enième est un mot que j'aime bien et que j'utilise souvent. Par contre, hors de question de l'écrire n-ième ! Outre que c'est laid, ça ressemble trop à des maths, on peut même y retrouver son origine dans le n de nombre !

Dond énième, avec ses deux accents qui se regardent, ça fait plus mystérieux, plus sympathique.

Repost 0
Published by LillaMy - dans Mot du jour
commenter cet article
1 avril 2010 4 01 /04 /avril /2010 20:58

Roman de Michael Morpurgo

 

http://multimedia.fnac.com/multimedia/images_produits/grandes110/6/3/8/9782070541836.gifL'histoire

A onze ans, Michael a toujours vécu une vie tranquille dans une petite ville d'Angleterre. Mais ses parents perdent leur emploi dans l'usine de briques et ils décident de faire un tour du monde en voilier. Un soir de tempête, la veille de ses douze ans, Michael passe par dessus bord avec sa chienne, Stella. Il est recueilli par un vieil homme sur une île, mais celui-ci lui impose des limites à ne pas franchir. Excédé, Michael désobéit volontairement et se baigne dans une eau peuplée de méduse. Sa longue convalescence va rapprocher les deux protagonistes qui vont se découvrir la même passion pour la peinture et se lier d'amitié. Mais Michael est-il prêt à rester à jamais sur cette île ?

 

 

Si l'histoire est moins passionnante que celle du Roi de la fôret des brumes, du même Morpurgo, Le royaume de Kensuké offre une belle aventure. L'amitié du jeune garçon et du vieil homme est touchante et l'on évite de tomber dans le cliché du vieux sage japonais car Kensuké a ses travers. Son refus de retourner aux êtres humains est laissé à notre jugement, et si on peut le comprendre face à la barbarie des chasseurs, l'épilogue offre un autre regard sur sa vie et ce qu'elle aurait pu être.

Les romans de Morpurgo interrogent sur ce qu'est l'homme sans les autres, car quelle que soit le bien-être dans lequel ils vivent, ses héros décident de retourner à la civilisation.

 

Le royaume de Kensuké, M. Morpurgo, Gallimard Jeunesse, 2000

Repost 0
Published by LillaMy - dans Livres
commenter cet article
29 mars 2010 1 29 /03 /mars /2010 11:45
Roman de Yasmina Khadra.

http://www.lexpress.fr/images/jaquettes/39/9782260016939.gifL'histoire
Amine est Palestinien naturalisé Israëlien. Il est chirurgien dans un hôpital de Tel-Aviv. Un jour, un kamikaze se fait exploser dans un restaurant. Quand Amine découvre que c'était sa propre épouse, tout son univers s'effrite. Il part alors en quête d'une réponse : pourquoi, alors qu'elle lui paraissait si heureuse, sa femme a-t-elle commis un acte pareil.
De fanatisme en intolérance, nous suivons Amine jusqu'à l'absurdité de la revanche.


Le roman est prenant, on ne peut que désespérer d'une telle absurdité humaine dans ce pays séparé en deux par une guerre faite de nationalisme brûlant, de haine irrationnelle et de croyances imbéciles.
Mais d'un point de vue romanesque, on a beaucoup de mal à croire au personnage d'Amine, plus touché dans son amour-propre que par la perte violente de sa femme. Il s'aveugle lui-même et part en quête d'une vérité qu'il connait déjà. On décroche parfois, on se désintéresse de son sort, ce qui est dommage car cela enlève de l'intensité au récit.

L'attentat, Y. Khadra, Julliard, 2005
Repost 0
Published by LillaMy - dans Livres
commenter cet article
27 mars 2010 6 27 /03 /mars /2010 09:53

Dans un passé lointain, une tradition s'était instaurée parmi les habitants d'un petit village. On avait pris l'habitude d'exprimer son désaccord avec quelqu'un en le mitraillant. Les projectiles étaient des chaussures (pour le symbole), ou plus exactement des pantoufles d'enfant (c'est plus économique).
L'expression "je vais lui lancer une pantoufle de mouflet !" se répandit donc très vite.

Cependant, le temps aidant, cette expression se transforma en "pantouflet" puis en "panflet". Elle traversa ensuite les provinces, se déforma doctement en "pamphlet" et s'appliqua ensuite à des discours assassins.

Repost 0
Published by LillaMy - dans Mot du jour
commenter cet article