Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
6 décembre 2008 6 06 /12 /décembre /2008 18:15
Aujourd'hui c'est la Saint-Nicolas ! Jour de chocolat et de pain d'épice !
Pour les incultes, Saint-Nicolas, c'est le Père Noël des gens de l'est de la France... Les enfants (et les autres :p) reçoivent des pains d'épices, des St-Nicolas en chocolat et autres bonnes choses. Et même parfois des cadeaux !
Chaque ville de quelque importance organise son défilé de char et son feu d'artifice en présence de St-Nicolas et du Père Fouettard et distribution de bonbons à la clef !
Bien sûr, cela ne veut pas dire qu'on ne fête pas Noël, mais St-Nicolas reste très important ! Et d'autant plus qu'on est en exil comme moi... Heureusement que la Poste transmet aussi les colis de St-Nicolas (à moins que ce ne soit son âne...)
Repost 0
Published by LillaMy - dans Variés
commenter cet article
2 décembre 2008 2 02 /12 /décembre /2008 10:46

Roman de Marie Desplechin



L'histoire :

Pierre est un enfant solitaire. Il vit seul avec son père, directeur de l'Observatoire et souvent absent. Un soir, il rencontre Edmée, une femme étrange à la recherche d'une mystérieuse étoile. Quand son père lui annonce son remariage et l'interdiction de revoir Edmée, Pierre s'enfuit pour aller vivre seul dans un ancien jardin abandonné.

Grâce à des pouvoirs surnaturels, Edmée arrivera finalement à le retrouver.



Des personnages attachants pour une auteur qui ne prend pas ses lecteurs pour des abrutis (bien que ce soit un roman pour adolescent, genre souvent victime de cette tendance). Le mystère qui plane sur leurs pouvoirs engage à une réflexion sur l'amitié et la solitude. La fin m'a parue un peu trop belle, bien qu'empreinte d'une certaine tristesse.

Repost 0
Published by LillaMy - dans Livres
commenter cet article
1 décembre 2008 1 01 /12 /décembre /2008 19:09

En stage au Salon du Livre et de la Presse Jeunesse à Montreuil, j'étais chargée de faire l'antivol à la Librrrairie, c'est-à-dire la librairie thématique (sur la peur) du salon.

Concrétement, cela se résumait à surveiller que les enfants (et les adultes) ne repartent pas avec un livre sous le bras sans être passés à la caisse, et surtout à ce qu'ils n'abîment pas trop les bouquins.

Les deux premiers jours et demi, ça allait : il y avait peu de monde à part les groupes scolaires, je pouvais donc lire tranquillement quelques albums, et même un roman ! (voir plus tard Les yeux d'or de Marie Desplechin).

Mais voilà que le troisième jour, la malédiction me tombe dessus : interdiction de lire car "il faut surveiller les visiteurs" ! Me voilà donc condamnée à errer à travers la librairie en attendant les questions providentielles des sus-dits visiteurs. Des questions aussi intéressantes que "Où est-ce qu'on trouve les yoyos ?", "Y a t-il un rayon bonbons ?" ou encore "Est-ce que vous vendez des livres ?"...

J'ai quand même pu faire dédicacer un bouquin, j'ai pas tout perdu !


Le lundi, journée professionnelle, enfin quelque chose d'un peu intéressant ! En l'occurence une rencontre avec Hans de Beer, l'auteur-illustrateur de Plume (le petit ours polaire dont on a tous lu les aventures. Non ?) et Jean-Louis Etienne (vous savez, celui qui a atteint le Pôle Nord à pied...). Et re-dédicace, c'est au moins ça de pris !


Bref, les stages qu'on vous refile dans les IUT, c'est pas toujours merveilleusement instructif ou formateur...

Repost 0
Published by LillaMy - dans Variés
commenter cet article
26 novembre 2008 3 26 /11 /novembre /2008 20:29

Recueil de quatre nouvelles de Herbjørg Wassmo.



Des histoires de femmes, souvent seules, dont nous sont livrées les pensées, banales ou vitales. Chacune a une histoire à la fois dramatique et trop ordinaire.


Si le style est parfois déroutant dans son mélange de récit et de "stream of consciousness" et les personnages un peu effrayants par leur proximité et leur ressemblance avec nous, j'ai particulièrement apprecié l'exercice de style et les références bien dosées à Ibsen.

Repost 0
Published by LillaMy - dans Livres
commenter cet article
22 novembre 2008 6 22 /11 /novembre /2008 21:19

Allez, une fois n'est pas coutume, je vais parler un peu de ma vie.


Que j'aime la Norvège, oui. Que j'aime en parler, d'accord. Mais de là à me définir exclusivement par elle, non !

Voilà que dans ma formation, le mot Norvège réfère tout d'abord à moi ! On me met au même rang que les étudiants Erasmus, comme si j'étais moi-même le spécimen représentant la Norvège !


D'accord, dans un sens ça me flatte, mais il ne faudrait quand même pas abuser ! Je ne suis pas non plus une obsessionnelle et j'aimerais bien que les profs me parlent un peu d'autre chose que de ce pays et qu'on cesse d'accoler systématiquement son nom à moi...


Ca doit être le revers de la médaille au fait de parler une langue rare et d'en connaître un peu le pays. Ce qui, soit dit, m'a permis d'intégrer cette formation car recrutée pour "mon parcours intéressant".


Au bout d'un moment, ça en deviendrait presque désobligeant...

Repost 0
Published by LillaMy - dans Variés
commenter cet article
16 novembre 2008 7 16 /11 /novembre /2008 21:08
Kurt et le poisson (Fisken) et Kurt quo vadis ? romans d'Erlend Loe

Kurt est conducteur de chariots élévateurs transpallette, autrement nommés "Fenwick". Kurt travaille sur le port où il transporte des caisses. Mais parfois, il se pose des questions. Notamment quand il trouve un énorme poisson abandonné. Il emporte alors toute sa petite famille et son poisson pour un voyage autour du monde.
Ou encore quand il trouve qu'il n'est pas assez célèbre et décide en conséquence de passer l'aspirateur dans le monde entier pour se faire connaître...

Vous l'aurez compris, Kurt est un drôle de personnage. Mais, après tout, il vit dans une drôle de société : la nôtre !

A sa manière incomparable et dans son style pseudo-naïf, Erlend Loe nous embarque à nouveau (mais cette fois, les enfants sont du voyage !) pour une virée loufoque avec ses personnages excédés par la société, mais qui y retombent toujours, non sans plaisir.
Un seul regret : des illustrations rigolotes mais parfois un peu trop... laides !
Repost 0
Published by LillaMy - dans Livres
commenter cet article
13 novembre 2008 4 13 /11 /novembre /2008 11:40
Et oui ! C'est sous ce titre incroyablement spirituel que fut jouée la fameuse soirée-enquête évoquée depuis des mois.

Une fois nos neuf joueurs enfin réunis, nous avons pu lancer l'enquête visant à découvrir qui avait tué le Troll d'Eau, célèbre membre de la Grande Famille des Bizarres. Célèbre ? Oui, mais il comptait également de nombreux ennemis dans les rangs de sa propre famille !

Qui avait bien pu le tuer ?
Dark Ula, le vampire traditionnaliste ? Mais n'était-il pas occupé à chercher de nouvelles victimes parmi les humains pour se repaître de leur sang ?
Honoré Limé, le zombie timide, toujours mystérieusement occupé à quelque bricolage ?
A. Vertie, la Banshee qui prédit des morts et des catastrophes à la pelle ?
Småstein, le Trollinet, dont les bêtises et les farces continuelles font s'arracher les graviers à son pauvre père ?
Le Grand Troll, justement, haut dignitaire des Bizarres et délégué du Parle-et-Ment ?
Blanche de Khokaïne, la zombie arriviste, prête à tout pour le pouvoir ?
Abominable, le Yéti, étangement à l'écart dans la Famille ?
Nora Sazier, squelette boulimique et pas très futée ?
Ou Icare P. Dième, le vampire dont la seule préoccupation parait être de voler de ses propres ailes ?

Les suspicions allèrent bon train, d'autant plus que deux partis s'affrontaient en sous main : les pro- contre les anti-humains. Et une sombre histoire d'épave ne fit que compliquer les choses...
A l'ordre du jour, complots, vols, cambriolages, empoisonnements, intimidations, mariage impromptu, rituel sanglant et révélations de dernière minute...

Tout cela pourrait bien donner lieu à de nouvelles histoires de Bizarres !
Repost 0
10 novembre 2008 1 10 /11 /novembre /2008 16:31
(The full cupboard of life)
Roman d'Alexander McCall Smith.

L'histoire :
A Gaborone, capitale du Botswana, Mma Ramotswe tient une agence de détective avec l'aide de sa secrétaire, Mma Makutsi. Mma Ramotswe est fiancée à Mr J.L.B. Matekoni, propriétaire d'un garage dans le même bâtiment. Ce dernier est sollicité par la directrice d'un orphelinat pour faire un saut en parachute destiné à collecter des fonds pour les orphelins. Pendant ce temps, Mma Holonga, une riche femme qui a décidé de se marier, confie à Mma Ramotswe une enquête sur quatre de ses prétendants.

Le gros inconvénient de ce roman est qu'il fait partie de la série Les enquêtes de Mma Ramotswe et donc que nous sommes censés connaître les personnages à l'avance. Leurs antécédents ne sont donc que très rapidement abordés et on a du mal à véritablement s'attacher à eux.
L'intrigue elle non plus n'est pas assez développée. J'aurais aimé que Mma Ramotswe termine son enquête sur les quatre hommes et qu'elle expose ses conclusions à sa cliente. Il me semble que l'auteur joue un peu trop sur le principe de la série qui veut qu'on retrouve les personnages par la suite, et qu'il en profite pour bâcler quelque peu ses livres (ou du moins celui-ci).
Par contre, le style est plutôt original et agréable. Dans un mélange de pensées, de commentaires du narrateurs et d'assertions terre-à-terre, les personnages nous livrent une vision du monde faussement naïve où les relations hommes-femmes sont caricaturées et les regrets traditionnalistes exposés avec humour.
Repost 0
Published by LillaMy - dans Livres
commenter cet article
7 novembre 2008 5 07 /11 /novembre /2008 18:27
Roman (?) de Rodrigo Fresan.

L'histoire :
Impossible à résumer !

Ce livre s'apparente à un recueil de nouvelles. Chacun des chapitres ou presque à un narrateur différent et un style différent. Pourtant, ils ont des liens entre eux, on retrouve les mêmes personnages, certaines questions sont résolues quelques chapitres plus loin, etc.
C'est donc un récit labyrintique, où apparaissent des références à d'autres livres, au cinéma... et même à des livres jamais écrit, à la façon de Borges, qui intervient d'ailleurs dans le livre pour une mémorable collision.
Toutes les histoires dans l'histoire jouent de la notion du bord extérieur, qui consiste à prendre assez de recul par rapport à soi pour se regarder depuis un bord extérieur, un endroit neutre en quelque sorte.
L'auteur qui multiplie les narrateurs écrivains se regardent du bord extérieur. Et le lecteur est invité à faire de même, en parlant de lui à la troisième personne. On l'enjoint même, plus subtilement, à regarder sa lecture depuis ce bord, quand l'auteur traite tel narrateur de menteur, intervient dans le récit pour parler au lecteur...
On en ressort amusé, fasciné, dépaysé même si on n'a pas retrouvé le fil de toutes les intrigues !

Un petit conseil : lisez les postfaces qui font entièrement partie du livre et projette une autre lumière sur le texte.
Repost 0
Published by LillaMy - dans Livres
commenter cet article
4 novembre 2008 2 04 /11 /novembre /2008 21:11
Roman de Joanne Harris

L'histoire :
Le roman se passe dans le petit village de Lansquenet-sous-Tannes, au milieu du XXème siècle. Il met en scène l'héroïne Vianne Rocher,  venue fondée une chocolaterie dans le village en plein carême, confrontée au curé Reynaud qui n'entend pas voir ses paroissiens ainsi dévoyés. Soutenue par certains habitants du village et honnie par d'autres, Vianne va aider les habitants et les bohémiens en escale au village à sortir de leur vision étriquée des choses pour apprécier la vie telle qu'elle est et non comme l'église, à travers le prêtre Reynaud, voudrait leur imposer. Malgré les évènements tragiques qui parsèmeront leur séjour, Vianne et sa fille Anouk ne renonceront pas à propager la joie et le plaisir de vivre dans ce petit monde auparavant conservateur et bien pensant. Les relations d'amitié ou d'amour qui se nouent entre les habitants et les étrangers, que ce soit la mère et la fille ou les bohémiens, ouvrent à tous de nouvelles perspectives. La sédentarité et le nomadisme, thèmes centraux du roman, sont tous deux remis en question dans le flux constant des personnages qui vont et viennent.

A travers les stéréotypes exprimés par les différents personnages, Joanne Harris dénonce l'intolérance et le conservatisme d'une communauté renfermée sur elle-même, thème qui transcende le moment et le lieu du roman pour entrer en résonance avec l'actualité du lecteur, quelles que soient son origine et l'époque où il vit.

Quant à la forme, les courts chapitres présentent une alternance entre les points de vue de Vianne et de Reynaud qui permet une confrontation, dans la structure même du texte, des deux personnages principaux. Cela augmente le contraste entre leurs deux philosophies de vie à l'opposé l'une de l'autre. De plus, le déroulement du récit est clairement défini par les dates qui forment le titre de chaque chapitre. Les descriptions, précises sans être trop longues, donnent une bonne idée de l'atmosphère du village en général et de la chocolaterie en particulier, cadre spatial central du roman.

Bien que les personnages soient sympathiques et l'histoire assez prenante, on ne peut que regretter le manichéisme des oppositions et le côté stéréotypé des "méchants".
Repost 0
Published by LillaMy - dans Livres
commenter cet article