Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /

Elles avaient toujours été là. Des minuscules bourgeons de peau, elles avaient lentement grandies jusqu’à devenir les vastes étendues de cuir et de cartilage qu’elles étaient à présent.

Et à présent, elles étaient prêtes.

Depuis sa plus tendre enfance, il attendait ce moment. Rien n’était plus important à ces yeux. Même le jour où il avait reçu la cape noire doublée d’écarlate, insigne de sa condition, n’avait pas été aussi plein d’expectative.

Bien sûr, les autres avaient essayé de l’en détourner...

Parents...

« Non, mon petit. Ce n’est pas possible. La légende dit que jadis on le pouvait, qu’il suffisait de lever les yeux pour s’en rendre compte. Mais c’est bien fini. Que veux-tu ? Le temps passe... Et maintenant, mon petit, laisse Grand-Mère se reposer. Et refermes le couvercle, veux-tu ? »

Professeurs...

« Dième ! Vous me copierez cent fois : « Je ne dois pas essayer de m’élever au dessus de ma condition ». Et la prochaine fois que je vous prend à faire la pipistrelle, je vous colle ! »

Amis...

« La vérité, Iki, c’est que t’as un grain. Tu ferais mieux de venir avec nous ce soir, y aura des filles. Ca au moins ça te fera décoller... Eh, t’as pigé ? Ca te fera décoller ! Trop drôle, hein ? »

Mais qu’avait-il à faire de ces abrutis ? Elles étaient là, vibrantes. Prêtes.

Elles n’étaient pas qu’un simple costume, ni un parasol pour les matinaux, comme certains le prétendaient. Elles avaient une utilité et lui, premier parmi ses pairs, allait les rendre à leur fonction.

Il étendit les bras dans un froissement de cuir. Sous lui, la ville s’étalait, plongée dans les ténèbres. Seuls les réverbères, dans les rues, formaient comme des serpents de lumière. La lune faisait luire le cuivre vert sur la flèche de la cathédrale où il était juché.

Une joie féroce l’habitait, mélange d’impatience exacerbée et de peur profondément enracinée. Son murmure presque inaudible se perdait dans la brise.

« Enfin ! Enfin retrouver l’élément qui m’est naturel... Jamais je n’ai été fait pour marcher sur le sol. Levez la tête, rampants ! Et bavez d’envie devant ce que jamais vous n’atteindrez ! Et regardez aussi, mes frères ! Voyez l’accomplissement de ce que vous condamniez et déclariez impossible... Le sang ? Ivresse dérisoire ! L’extase est de sentir le monde à ses pieds. De contempler comme d’un piédestal la vaine agitation humaine... Et la vôtre, mes frères ! Car vous êtes aussi vains, aussi ridicules que ces mortels. Le Diable... ou Dieu nous a fait ce présent. Nous pouvons devenir l’égal des Anges, l’égal des Démons ! Pourquoi se contenter de la si piètre condition qu’est la nôtre ? »

Il s’avança vers le bord de la corniche. A son côté, une statue, énucléée sans doute par un corbeau trop enthousiaste, le fixait de ses orbites vides. Il lui confia sa cape, tel un duelliste à son témoin.

Puis il déploya ses vastes ailes de cuir et se lança dans le vide.

Un passant qui, sur le parvis de la cathédrale, eut alors levé la tête aurait aperçu la silhouette d’une immense chauve-souris se découper sur fond de lune, avant qu’elle ne chute soudain dans un bruissement de déchirure. Et au moment où la cloche sonnait le premier coup de trois heures, retentit dans le ciel nocturne un cri, hurlement de fureur ou sanglot : « TRAHISON ! Mes frères ! Nous sommes maudits ! »

Le matin suivant, en allant à la messe, les passants s’arrêtèrent devant le corps écartelé d’un bel homme au teint blême.

De sa poche échappée, prêtant à rire, sa carte disait : Icare P. Dième, vampire.

 


Quelque chose à dire ? Les commentaires, c'est ici !

Partager cette page

Repost 0
Published by